HUGO Victor [Besançon, 1802 - Paris, 1885], poète et écrivain français

Lot 319
Aller au lot
1 500 - 2 000 EUR

HUGO Victor [Besançon, 1802 - Paris, 1885], poète et écrivain français

Lettre autographe, signée «Victor Hugo», adressée à Eugène
Pelletan. «Hauteville house 20 octobre» [1863]; 2 pages in-8°.
«J'étais absent, vous le savez quand vos chers missionnaires sont venus. Ma fille se mariait, et devenait anglaise. Qu'il y a eu des métamorphoses là. À mon retour j'ai trouvé votre lettre, douce chose. Je sens que vous m'aimez toujours un peu, je vous remercie, j'ai besoin d'être aimé, moi que tout quitte. La nature le vent et la raison de se valoir, ma vie aussi, mon groupe se défait, ma vie aussi. Mes rameaux se greffent ailleurs, mes enfants bien aimés vont à d'autres devoirs, la grande fonction universelle le fait et m'enlève ce qui m'assurait, je reste seul, et c'est bien. Je n'en aime que mieux ceux que j'aime. Vous êtes de ceux-là, cher philosophe, cher poëte, cher orateur, les horizons se ferment pour moi et s'ouvrent pour vous. Allez, marchez, envolez vous, je suis tranquille. Vous avez le coeur grand et vous n'irez jamais que sur les hauteurs. Je vous embrasse en poésie et en liberté. A bientôt - à toujours. Votre ami Victor Hugo.»
AUTOGRAPHES De retour à Jersey, Adèle Hugo rencontre dès 1854 le lieutenant britannique Albert Pinson qui fréquente sa famille en participant à des tables tournantes. Elle entretient une idylle avec ce dernier et en tombe éperdument amoureuse. Cet amour n'est pas payé de retour. Se considérant comme sa fiancée, elle rejette les demandes en mariage de ses autres prétendants. Elle use, en vain, de plusieurs stratagèmes pour le convaincre de l'épouser et va jusqu'à consulter un hypnotiseur pour mettre le lieutenant dans un état second et le contraindre au mariage. En septembre 1863, elle écrit à ses parents avoir enfin épousé le lieutenant Pinson, et son père annonce la nouvelle dans La Gazette de Guernesey. Quelques semaines plus tard, elle est contrainte de révéler la supercherie. Elle reste au Canada et sombre définitivement dans la folie, son père subvenant toujours à ses besoins
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue