AGOULT Marie Catherine Sophie de Flavigny, comtesse d'Agoult, sous le pseudonyme de Daniel Stern [Francfort-sur-le Main, 1805 - Paris, 1876], femme de lettres, maîtresse de Liszt

Lot 304
Aller au lot
500 - 800 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 1 100 EUR

AGOULT Marie Catherine Sophie de Flavigny, comtesse d'Agoult, sous le pseudonyme de Daniel Stern [Francfort-sur-le Main, 1805 - Paris, 1876], femme de lettres, maîtresse de Liszt

Ensemble de 16 lettres autographes signées, adressées à Eugène Pelletan. 1853-1868; formats divers.
Elle le remercie d'avoir parlé de son Goethe «dans un très beau livre».; «J'ai taché d'éclairer d'un jour nouveau ce Goethe si mal connu en France que Madame de Staël admirait et qui l'admirait beaucoup en retour»...; Elle le supplie de ne pas rompre avec M. de G. [Girardin] «et de vous conformer à ses avis»; Elle lui demande «la suppression de l'idée de Testament appliquée à es Pensées. Comme je dis dans l'avant-propos que la 1ere édition a été publiée en 1847 et que j'ai écrit plusieurs volumes depuis lors, cela pourrait étonner le lecteur»...; Elle lui propose «d'entendre jeudi prochain à trois heures et demie très précises la lecture de ma Jeanne d'Arc en cinq actes»...; «Si vos péchés vous pèsent réellement, Monsieur et ami, je vous offre deux occasions de les réparer; veuillez demain soir prendre le thé avec des amis»...; «je lis, je dévore votre livre et hier au soir nous n'avons fait qu'en parler avec la plus chaleureuse sympathie»...; sur Nélida: «Vous voulez bien vous charger du compte-rendu de Nélida, vous prévenez mes désirs car j'avais obtenu de M. de G. qu'il vous demanderait ce petit travail et je comptais bien vous prier de ne pas le refuser»...; sur les événements de 1848; «vous raillez à ravir les philosophie célibataire (le mot restera)»...; etc.
Fonds Eugène PELLETAN Né en 1813 à Royan, Eugène Pelletan et une importante figure politique, littéraire et journalistique à travers le XIXe siècle. Monté à Paris en 1833, il est assez proche de Georges Sand et même précepteur de son fils Maurice, et devient républicain auprès de Lamartine, entamant une carrière politique de député de 1863 à 1876, qui le verra ministre de l'instruction en 1871 puis sénateur de 1876 à sa mort. La correspondance que nous présentons est un magnifique témoignage à la frontière littéraire et politique du mouvement républicain au XIXe siècle
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue