[PASCAL Blaise

Lot 149
2 000 - 3 000 €
Résultats avec frais
Résultat : 4 500 €

[PASCAL Blaise

Les Provinciales]. Sans lieu, sans nom, 1656; très fort volume in-4 de plus de 600 feuillets, reliure janséniste de l'époque vélin moucheté, dos lisse muet, luxueux étui-boîte demi-maroquin citron à coins, dos à nerfs, étui bordé de même maroquin.
TRÈS RARE ÉDITION ORIGINALE DES «PROVINCIALES» SOUS LA FORME DE DIX-HUIT «LETTRES» imprimées clandestinement l'une après l'autre du 23 janvier au 24 mars 1656 dans différentes villes toujours localisées sans certitude. Elles ont alors été assemblées en recueil pour former un volume d'abord propagé à petit nombre, sans titre, comme c'est ici le cas. Un peu plus tard il a été composé un feuillet de titre placé en tête avec l'adresse fictive de «Cologne, Pierre de la Vallée» et trois feuillets d' «Avertissement» (voir le numéro ci-après).
La dix-septième lettre est en 12 pages et non huit comme l'indique Maire. Anatole Claudin écrit dans le catalogue de la vente A. Rochebilière (I, 1882, numéro 110): «On doit donner la préférence aux exemplaires dont les lettres ont été recueillies au fur et à mesure de leur publication et qui n'ont pas de titre général ni d'avertissement». Le sujet de la controverse débattue dans ces lettres était d'abord la conception de la Grâce qui opposait les théologiens et les Jésuites puis pour servir de soutien aux doctrines jansénistes contre la Compagnie de Jésus. Pascal intervient ici et «par là, se fait l'apôtre toujours indispensable, toujours inécouté de la droiture intellectuelle» [...] s'efforçant «de rendre chacun de ses lecteurs mécontent de soi, inquiet, disponible, affamé de mieux, épris d'absolu: la distance n'est pas grande entre Provinciales et Pensées» (B.
Dorival, Pascal et Les Provinciales, catalogue d'exposition aux Granges de Port-Royal, 1956).— Boileau tenait Les Provinciales pour «le plus parfait ouvrage de prose qui soit en notre langue».
EXEMPLAIRE EXCEPTIONNEL dans lequel on été reliées à l'époque 70 pièces de polémique en lien avec le sujet imprimées en différents lieux. Ce chiffre est variable. Maire n'en signale que 53. L'une d'elles se signale par sa rareté et son intérêt historique et littéraire: «Sentence de M. le Vicaire général de Mgr l'Éminentissime cardinal de Retz, archevêque de Paris, portant approbation du miracle arrivé en l'Église du monastère de Port-Royal au faubourg Saint-Jacques, à Paris, en la présence de De Périer, en suite de l'attouchement d'une sainte Épine de la Couronne de N. S. J. C.».
Rare exemplaire en reliure de l'époque, sobre et de belle qualité, préservée dans un luxueux emboîtage dû probablement à Clovis Lagadec (détenteur en 1927 du titre de Meilleur ouvrier de France).
Rochebilière, 1882, cat. I, n° 110; Maire, t. II, pages 105-146; Tchemerzine, t. V, pages 62-63
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue