Auguste RODIN (1840-1917)

Lot 134
300 000 €
Résultat : 2 000 000 €

Auguste RODIN (1840-1917)

Petite Ève Petit modèle avec base carrée, conçu en 1883, fondu en 1917 Bronze à patine noire nuancée vert signé : « A. Rodin » sur le dessus gauche de la terrasse. « Alexis Rudier, fondeur, Paris » à l'arrière de la terrasse et à l'intérieur du bronze : « A. Rodin » en relief. Hauteur : 75,2 cm - Largeur : 24,2 cm - Profondeur : 30 cm Porte une dédicace : « A Monsieur E. Chouanard » sur le côté gauche de la terrasse. PB Bibliographie : - « Rodin et le bronze » tome 1, d'Antoinette Le Normand-Romain, Ed. RMN, 2007, page 341, oeuvre en rapport Provenance : - Collection Émile Chouanard. Un autre bronze de Rodin, Eustache de Saint Pierre, réduction ; portant une dédicace à Émile Chouanard, acquis en 1923 ou 1925, se trouve au Cambridge, Fogg Art Museum, États-Unis. Une attestation de M. Léonce Bénédicte, reproduite ci-dessous, datée du 27 mars 1917 sera remise à l'acquéreur. M. Léonce Bénédite (1856-1925) agissait en tant que mandataire d'Auguste Rodin et premier conservateur du Musée Rodin. Cette oeuvre sera incluse au catalogue critique de l'oeuvre sculpté d'Auguste Rodin actuellement en préparation par le Comité Rodin sous la direction de M. Jérôme Le Blay. Ève faisait partie, à l'origine, avec le grand Adam, d'un premier projet relatif à la Porte, dite Porte de l'Enfer qui avait été commandée à l'artiste en 1880, pour servir d'entrée au Musée des Arts Décoratifs. Rodin proposera d'ajouter deux figures latérales de grandes dimensions : Adam et Ève, qui sont acceptées par un arrêt du 30 octobre 1881 qui augmente la rémunération de l'artiste de 8 000 à 18 000 francs pour une porte dont les dimensions sont évaluées à environ 4,5 par 3,5 mètres et qui serait ornée de bas-reliefs et de « beaucoup de figures presque en ronde-bosse plus deux figures colossales de chaque côté ». Ève fut exécutée en 1881, quand Rodin eut fini son Adam. Il exposa une réduction de la version Ève au Salon de 1883. Le modèle d'Ève était Madame Abruzzezzi, qui posa plus tard pour Cybèle et Ariane. Ève se cache la figure dans les bras, vieillie de son péché, rugueuse en ses formes à cause de l'inachèvement de la nature, vers le temps de l'Eden. Elle a cueilli le fruit du Bien et du Mal. Commencée dès 1881, un an après la commande de la Porte de l'Enfer qu'elle devait flanquer en pendant à la figure d'Adam, Ève ne fut finalement achevée et montrée pour la première fois qu'en 1899, lors du Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts (cat 119, bronze). Ce modèle correspond à la réduction établie par Auguste Rodin à partir de 1883, présentée pour la première fois à Londres la même année. Elle est à rapprocher d'un autre exemplaire qui se trouve dans les collections du Hessiches Landesmuseum de Darmstadt.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue